Comment en choisir 150 ?

La métropole de Lyon compte 1 420 000 habitants et 150 conseillers métropolitains sont censés les représenter pour décider de l’usage des 3,9 milliards d’euros de son budget. Mais quelle technique démocratique retenir pour choisir ces 150 élus ; là est la question !

Le système électoral actuellement en cours prévoit des élections de listes à la proportionnelle avec une prime majoritaire de 50% dans 14 circonscriptions de taille presque équivalentes.

Les critiques à l’encontre de ce système sont nombreuses. Outre le fait qu’il ne permet pas de faire émerger de véritables débats politiques métropolitains, la combinaison d’une élection de liste sur plusieurs circonscriptions rend possible la constitution d’une majorité de conseillers  métropolitains élus avec une minorité de voix, ce qui est pour le moins problématique d’un point de vue démocratique ! 

D’autres modalités de désignation seraient possibles, chacune présente des avantages et des défauts.

Une élection de liste sur une seule circonscription avec une prime majoritaire à 50% à deux tours

  • Avantage : une campagne sur des projets métropolitains, plus de risque de majorité de sièges désignée par une minorité de voix, un seul compte de campagne
  • Inconvénient : La constitution de liste donne aux partis une place importante et certains territoires risquent de ne pas être représentés par des candidats y habitant ; la prime majoritaire de 50% garantit une majorité écrasante à la liste arrivée en tête et réduit l’opposition à un simple rôle d’observateur pendant 6 ans…

Une élection de liste sur une seule circonscription avec une prime majoritaire à 50% à un seul tour

mêmes avantages et inconvénients que pour la solution précédente

  • Avantage : un seul tour permet de déconnecter le scrutin métropolitain du scrutin municipal sans risquer une fatigue électorale.
  • Inconvénient : The winner take all, même s’il n’a que quelques voix d’avance 

Une élection de liste sur une seule circonscription avec une prime majoritaire ramenée à 30 % à deux tours

  • Avantage :  une campagne sur des projets métropolitains, plus de risque de majorité de sièges désignée par une minorité de voix, la majorité absolue n’est pas garantie à la liste arrivée en tête, des compromis sont nécessaires durant le mandat.
  • Inconvénient : risque de blocage si les compromis entre groupes ne sont pas possibles, accord entre listes entre les deux tours qui donnent lieu à des marchandages parfois peu avouables.

Une élection de liste sur une seule circonscription avec une prime majoritaire ramenée à 30 % à un seul tour

  • Avantage :  une campagne sur des projets métropolitains, plus de risque de majorité de sièges désignée par une minorité de voix, la majorité absolue n’est pas garantie à la liste arrivée en tête, des compromis sont nécessaires, sans possibilité de fusion, obligation de listes composites dès le premier tour, avantage aux gros partis.
  • Inconvénient : The winner don’t take all… mais la majorité absolue n’est pas garantie, risque de blocage si les compromis entre groupes ne sont pas possibles. sans possibilité de fusion, obligation de listes composites dès le premier tour, avantage aux gros partis.

150 élections uninominales à deux tours !

  • Avantage : un lien entre candidat et territoire, forte légitimité de l’élu au second tour qui rassemble plus de 50% des votants.
  • Inconvénient : difficulté pour découper le territoire en 150 circonscriptions, la parité des élus n’est pas garantie, difficulté d’établir si toutes les circonscriptions dépassent les 9000 habitants et justifient de l’obligation d’un compte de campagne

150 élections uninominales à un tour

  • Avantage : un seul tour permet de déconnecter le scrutin métropolitain du scrutin municipal sans risquer une fatigue électorale.
  • Inconvénient : difficulté pour découper le territoire en 150 circonscriptions, la parité des élus n’est pas garantie, difficulté d’établir si toutes les circonscriptions dépassent les 9000 habitants et justifient de l’obligation d’un compte de campagne, faible légitimité des élus arrivés en tête de quelques voix.

75 élections bi-nominales paritaires à deux tours

  • Avantage : un lien entre candidat et territoire, forte légitimité de l’élu au second tour qui rassemble plus de 50% des votants, parité des élus du conseil de la métropole garantie
  • Inconvénient : difficulté pour découper le territoire en 75 circonscriptions, 75 comptes de campagne…

75 élections bi-nominales paritaires à un tour

  • Avantage : un lien entre les binômes de candidat et le territoire, parité des élus du conseil de la métropole garantie
  • Inconvénient : difficulté pour découper le territoire en 75 circonscriptions, faible légitimité des binômes d’élus arrivés en tête de quelques voix, 75 comptes de campagne…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *